Explorez par catégorie

Recette du buzz au flageolets pour les gourmands


Découvrez les ingrédients d'une recette qui fait péter un câble à la presse : le buzz aux flageolets. Quand il s'agit de de se moquer des gens, la presse adore et le public aussi, tous les ingrédients sont réunis pour faire du buzz marketing.

recette du buzz

Aujourd’hui, je voulais vous parler des publications virales. Si je vous parle de ça aujourd’hui, c’est parce que vendredi dernier, une grande chaine de magasins de jouets en faillite organisait une ouverture spéciale lors de laquelle ils liquidaient tout le stock à -50%. Inutile de vous dire que tout le monde en parlé, ici en Belgique, et que des files se sont formées devant les magasins en question. Ça me rappelait l’époque où j’ai fait la file pour un iPhone pendant des heures pour avoir le droit de dépenser mes 600€ d’argent de poche (oui, à l’époque l’iPhone était un peu plus démocratique). Mais ce n’est pas de mon iPhone que j’ai envie de vous parler ni du débat sur l’utilité ou non de faire une telle file, ni sur l’intérêt financier de l’opération. Pour ça, il vous suffira de lire les commentaires du post en question. Ce post n’est ni plus ni moins qu’une vidéo illustrant la très longue file qui s’était formée dès les petites heures devant l’une de ces enseignes qui n’ouvrait qu’à 10h du matin.

Vidéo virale Facebook

Ce dont je voulais vous parler c’est de la viralité de cette vidéo postée un vendredi matin comme tous les autres. Je ne sais pas si on peut vraiment parler de buzz mais les chiffres laissent pantois : 342 commentaires en tout genre, 509 partages et plus de 63.000 vues. Tout ça en 3 jours, avec une actualité plutôt locale et une vidéo amateur tournée à la va-vite.

Et dire qu’on essaye de faire de superbes vidéos, qu’on travaille le contenu qui l’accompagne, on soigne la diffusion sur les réseaux sociaux, on s’acharne à faire partager le sujet sur différents blogs … et on récolte tout au plus une centaine de vue, une poignée de partages et 2 commentaires qui se battent en duel. Quel monde cruel quand on y pense.

On avait vécu la même situation quand on avait parlé des résultats de la France et de la Belgique à la dernière coupe du monde. Un test de viralité qui avait mal tourné mais qui avait donné des résultats surprenants en termes de commentaires, partages et vues.

Je voyais, pas plus tard que la semaine passée, l’histoire d’un gardien de sécurité sans histoires aux Etat Unis. Le brave homme qui ne brille pas par son intelligence a (la bonne ?) idée d’enregistrer tous ses pets pendant 6 mois et de les compiler en une vidéo qui a fait le tour du monde. Même si le brave homme en a perdu son emploi (je n’ai pas utilisé le mot « travail » car, au vu des images on peut douter de son réel intérêt pour la société), son histoire a quand même été partagée dans les journaux du monde entier.

Oui, parce que ça, la presse elle adore. Quand on veut parler de notre petit projet belge qui, me semble-t-il, a un réel intérêt pour le public, on rencontre toutes les difficultés du monde et il faut payer cher et méchant pour arriver à ses fins. Mais, quand il s’agit de parler d’un homme qui a la flatulence facile à l’autre bout du monde, on peut bien en faire 2 ou 3 articles en l’espace d’une semaine.

Plus mignon mais tout aussi inutile, il y aussi un chat qui arbore un air toujours fâché, et qui compte pas moins de 8 million de fans.  Certains payent même pour aller le rencontrer et ajoutent encore quelques billets pour poser en sa compagnie pour un petit selfie. WTF j’ai envie de dire !

Evidement, quand on a un contenu aussi viral, on doit s’attendre à des retombées négatives. C’est un véritable débat qui s’ouvre dans les commentaires, un débat dont le niveau n’est d’ailleurs pas toujours très élevé. On se rend compte que ça part vite en couille (excusez mon expression mais je me dis que ce mot fera peut-être le buzz) et ce n’est pas toujours très fun. Donc, si vous arrivez à créer un contenu viral, restez au taquet pour maitriser la chose autant que possible.

Après, il faut aussi voir le but recherché mais gardez à l’esprit que ça peut faire mal. On part d’un truc rigolo et sympa et on termine avec des commentaires désobligeants voir même parfois des insultes.

Dans le cas de l’agent de gardiennage, on a même vu apparaître, durant quelques heures, une Google Suggest qui faisait apparaître le mot « pet » derrière la recherche « agent de sécurité ».

J’en viens à me demander si je ne devrais avaler une boite de flageolets avant de faire une vidéo pour promotionner notre campus. Non mais sérieusement, je sais que les gens aiment se moquer des autres, qu’ils fassent la file pendant 8 heures ou qu’ils perdent leur job pour cause d’aérophagie aigue, et que c’est ce genre d’informations qu’ils demandent. Mais le travail du journalisme serait peut-être un peu plus utile s’il parlait de choses plus intéressantes. Tout le monde se plaint que l’actualité est triste et morose mais, je me dis que si on partageait un peu plus d’histoires de succès de gens comme vous et moi, ça redonnerait le moral à pas mal de monde et ça redorerait l’image de la presse. Non ? Sérieusement, dites-moi que j’ai raison, s’il vous plait, parce que je n’aime pas les flageolets et je n’ai pas envie de perdre ma dignité de la sorte.

Je vais terminer cet article aux relents nauséabonds par une nouvelle un peu plus fraîche. Nous avons le plaisir d’accueillir, parmi nos professeurs, une personne qui va, très bientôt, nous expliquer comment on peut faire du marketing viral … sans se salir le slip. Suivez-nous pour ne pas rater cette formation croustillante.

24 % J'adore
20 % Cool
8 % Utile
12 % Oh!
8 % Inquiet
12 % Triste
16 % Grrr

Découvrez toutes les formations webmarketing du campus pour maximum 35 € par mois. Faites connaissances avec les professeurs de l'université dès aujourd'hui !

Parcourir toutes les formations

Aimez-vous cet article ?

Nos réseaux préférés


Il y a eu 5 membres à avoir trouvé cette page pertinente avec un score de 96 sur 100.

Sur le même sujet

Commentaires (1)